Jean-Claude Brialy, "Le ruisseau des singes" (repost)

Jean-Claude Brialy, "Le ruisseau des singes" (repost)

Jean-Claude Brialy, "Le ruisseau des singes"
Robert Laffont | 2000 | ISBN: 2221084845 | French | EPUB | 432 pages | 2.5 MB

Dans la famille théâtrale ou cinématographique, demandez un nom, n'importe lequel, et il a toutes les chances de figurer dans l'autobiographie de Jean-Claude Brialy.
À l'aise partout, élégant et pudique, il a rencontré tous les cinéastes, comédiens et acteurs qui ont compté depuis les années cinquante. Brialy ne se met pas en valeur mais ses admirations sont contagieuses. Il fait briller ceux et celles qui l'émerveillent.

Les frasques de jeunesse avec Delon (qui n'est pas encore acteur), le menu préféré de Barbara, et mille autres détails finement observés, constituent un festival d'anecdotes graves ou comiques. Les mots d'esprit, les répliques dignes de films, fusent. On croise des monstres sacrés (Gabin, Marlène Dietrich, Arletty, Michel Simon…) mais aussi bon nombre de figures tombées dans l'oubli (Marie Bell, Joséphine Baker, Jacques Chazot…).

Après 185 films, celui que Truffaut surnomma "le Cary Grant français" est la mémoire vivante d'une culture en voie de disparition. –Hector Fricotin

Présentation de l'éditeur
45 ans d'une extraordinaire vie de comédien, à la rencontre des plus grandes figures du cinéma français.

Le Ruisseau des Singes est un endroit magnifique situé dans une vallée au milieu de la montagne, près de Blida, en Algérie. " Des centaines de petits singes adorables vivent dans cet endroit et viennent à la rencontre des visiteurs… C'était pour nous un véritable paradis. " Si le comédien a choisi d'intituler ainsi le récit de sa vie, c'est parce qu'avant d'accéder à cet éden, il lui fallait parcourir des kilomètres en voiture avec ses parents, voyage pendant lequel le petit Jean-Claude était horriblement malade. Il n'a jamais oublié ces expéditions et ce souvenir est devenu, en quelque sorte, la métaphore de sa vie : " Savoir surmonter les obstacles pour accéder à un bonheur simple fait de lumière et de douceur. " D'autant que son père, militaire de carrière, s'opposa longtemps à la vocation du comédien et lui répéta tout au long de son enfance : " Quand tu seras grand, que tu auras fini tes études, tu feras ce que tu voudras. Et même le singe, si tu veux ! " Tout au long de ce récit ponctué d'anecdotes de tournages et de souvenirs personnels, Jean-Claude Brialy raconte quarante-cinq ans de sa vie de comédien. Adolescent, il rêve de Louis Jouvet, Danielle Darrieux, Pierre Fresnay, Jean Gabin ou Michel Simon et des grandes figures du cinéma d'avant-guerre et du music-hall. Il les rencontrera et jouera avec la plupart d'entre elles. Mais, à vingt ans, son destin croise celui de Chabrol, Truffaut, Godard, Rohmer et, avec eux, il devient l'acteur fétiche de la Nouvelle Vague. Jean-Claude Brialy parle de sa rencontre avec Jean Gabin, Jean Marais, de son admiration et de sa fidélité à Jean Cocteau. Il confie ses passions pour Arletty, Marie Bell, Marlène Dietrich, Romy Schneider ou Françoise Dorléac. Et puis, au milieu de ses amis comédiens, passent des silhouettes immenses : celles d'Édith Piaf, de Joséphine Baker dont il fut, jusqu'au bout, l'ami fidèle, et celles plus furtives de Maria Callas ou de Jacques Brel, avec qui il vécut des moments uniques et privilégiés. Et, bien sûr, le Commandeur, Sacha Guitry, dont Jean-Claude Brialy joua et mit en scène tant de pièces.Tour à tour drôle et émouvant, Jean-Claude Brialy nous fait découvrir, avec des anecdotes personnelles, d'autres facettes d'un monde que nous avions pourtant l'impression de bien connaître.